Chargement Évènements

Portes sans seuils et allumettes de Nancy Retallack-Lambert

Vernissage le jeudi 18 janvier à 17h30 à l'Atelier Circulaire

Dans cette exposition Portes sans seuils et allumettes, Nancy Retallack-Lambert utilise les arts d’impression pour créer une installation mettant en adéquation des portes réelles et leurs copies imprimées.

Suspendues dans la salle d’exposition, ces portes sans seuils sont inopérantes vis-à-vis de leur fonction première – il n’est pas possible de les traverser et elles ne délimitent pas l’espace. Elles paraissent mises en valeur pour leurs qualités plastiques et tactiles, lesquelles sont davantage en exergue dans leurs doubles, présentés en face-à-face. Ne relevant pas du trompe-l’œil, l’impression par frottement affirme néanmoins la contiguïté directe entre l’objet et sa représentation, et le papier permet d’aplatir la tridimensionnalité pour montrer simultanément l’endroit et l’envers. Les dualités de l’intérieur et de l’extérieur, l’idée de l’ouverture et du passage de l’un à l’autre, des mondes qui s’opposent sont ici évoqués, bien que la mise en exposition soutienne une lecture plus conceptuelle.

Le processus développé dans ce corpus étant reproductible, l’artiste propose également en contrepoids une version miniature axée sur le motif de l’allumette, où s’exprime encore davantage le paradoxe entre l’exploration en apparence clinique d’un objet donné et le ludisme qu’elle sous-tend.

En effet, l’exploration du motif de l’allumette est bonifiée par le texte Treize façons de regarder une allumette, qui rappelle la prévalence des statements dans l’art conceptuel. Cet énoncé donne des indications au public sur la nature de l’objet à voir, ce qui renforce la référence à l’installation iconique One and Three Chairs(1965) de Joseph Kosuth, présentant une chaise réelle, représentée et sa définition. Mais ici, plutôt que de s’astreindre au dictionnaire, Retallack-Lambert utilise plutôt le texte sous une forme poétique libre qui souligne une impression d’absurdité et d’humour.
– Texte de Marie-Pier Bocquet