Historique

Les centres d’artistes autogérés ont surgi au Québec et au Canada afin d’offrir aux artistes contemporains, à l’avant-garde des pratiques de dématérialisation comme la performance, l’art conceptuel et l’art vidéo, les lieux et les équipements dont elles, ils avaient besoin afin de produire et de montrer leurs œuvres. L’écosystème des arts visuels de l’époque étant souvent hostile aux expériences artistiques radicales, les centres d’artistes autogérés ont permis aux créatrices et créateurs de s’accomplir à l’abri des impératifs du marché de l’art. Ce faisant, les centres d’artistes ont donné naissance à une nouvelle « scène » grâce à laquelle l’art contemporain et actuel a pu s’inscrire dans le paysage culturel et artistique.

Au Canada, le mouvement des centres d’artistes autogérés tire son origine des années 1960. Il a commencé par l’émergence de quelques organismes: Intermedia créé à Vancouver en 1968, A Space, créé à Toronto en 1971, la galerie Eye Level, fondée à Halifax en 1972, l’Atelier libre 848 (devenu Atelier Graff) et Optica, fondés à Montréal respectivement en 1966 et en 1972, et le Western Front à Vancouver en 1973. Puis, il s’est rapidement répandu dans l’ensemble du pays.

Peu à peu, les centres d’artistes autogérés se sont structurés en organismes sans but lucratif, se dotant de conseils d’administration contrôlés par les artistes, issu.es d’assemblées de membres artistes, dits professionnel.les. Ils se sont installés dans des friches industrielles où ils ont mis à la disposition des artistes des espaces, des équipements, des services et autres ressources spécialisées. Aujourd’hui, ils leur proposent également d’exercer des activités de réflexion, de formation et de perfectionnement à l’occasion de séjours de résidence ou de production. Les recherches couvrent les champs des arts visuels, des arts médiatiques et des arts interdisciplinaires.

Le RCAAQ, quant à lui, a été fondé en 1986 pour se doter d’une voix auprès des instances gouvernementales québécoises et locales et offrir à ses membres les services nécessaires à leur  consolidation. Les dix-sept centres d’artistes fondateurs sont : Artexte, articule, Dazibao, OBORO, Optica, Powerhouse et Tangente à Montréal ; La Chambre blanche, le Lieu, Obscure, l’Oeil de Poisson et le Centre VU à Québec ; AXENÉO7 à Gatineau ; Espace virtuel et Séquence à Chicoutimi ; Langage Plus à Alma et, enfin, la Galerie d’art de Matane. En 2019, le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec compte soixante-trois membres.