Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé.

Modèles pour l’inconnu avec Raphaëlle de Groot

Ateliers d'art participatif du 16 au 21 octobre au DRAC

L’artiste animera des ateliers de médiation auprès d’un public d’aîné⋅es drummondvillois⋅es – rendus possibles grâce à l’Entente de développement culturel de la Ville de Drummondville.

Dans le cadre de ce projet, nous avons décidé d’offrir nos ateliers en semaine spécifiquement aux aîné⋅es. Il faut spécifier qu’au printemps 2022, nous avons mis sur pied un groupe de discussion avec différent⋅es intervenant⋅es afin de voir ce que DRAC pouvait mettre sur pied dans le but d’être plus inclusif pour ce segment de population. Nous avons rapidement constaté lors de cette rencontre que les aîné⋅es font face à un problème majeur d’accessibilité et de mobilité. La plupart d’entre eux ne possèdent plus de voiture, ni même de permis de conduire et sont dépendant⋅es des services de transport publics pour se déplacer. Dès lors, visiter nos expositions ou même assister à nos ateliers devient plus ardu.

Ce projet permettra de consolider les liens de DRAC avec un segment de public plus âgé. Nous souhaitons également les sensibiliser aux bienfaits des œuvres sur la santé mentale et à la grande accessibilité de l’art actuel. Les ateliers permettront d’aller à la rencontre d’une artiste majeure au Québec en mettant de l’avant une forme de médiation basée sur l’échange. Des participant⋅es issu⋅es des Terrasses de la Fonderie, des résidences Jazz, des Jardins de la Cité, de la Résidence l’Ermitage, ainsi que du Centre d’hébergement Saint-Joseph prendront part à ce projet. Un service de navette gratuite sera déployé afin de faciliter les déplacements aux ateliers.

« Ces ateliers participent à la vitalité de DRAC, car ils nous permettent d’aller à la rencontre de publics peu habitués à fréquenter notre lieu et de miser sur l’inclusivité. En mettant à leur disposition un service de navette, on s’assure de leur offrir un cadre sécurisant et bienveillant. Ces ateliers seront l’occasion pour les participant⋅es d’avoir un contact privilégié avec une artiste renommée et d’en apprendre davantage sur sa pratique dans un contexte basé sur l’échange et l’ouverture. » Catherine Lafranchise, directrice de DRAC