Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé.

Porter d’Anne Billy

Exposition du 11 janvier au 18 février au Centre culturel Georges-Vanier

Histoire de collaboration, de tendresse et de communion, les œuvres de la série Porter mettent de l’avant diverses situations dans lesquelles jeunesse et vieillesse se côtoient, se supportent et s’appuient. Chaque position du duo suggère différentes formes de communication alors que le petit fils porte la densité du corps de son aïeul, embrassant la somme de son vécu. La composition sobre met en lumière le traitement graphique de ces scènes intimistes. Les fils ballants des silhouettes enrichissent la surface par leur texture et figurent la fertilité des liens entre les protagonistes et le prolongement de leur être. La subtilité du travail rend symboliquement compte de l’invisibilité des liens filiaux, mais aussi de leur constance, de leur persistance au-delà du temps. L’utilisation de la broderie est motivée par la sensibilité qui s’en dégage et par le rapport de proximité qu’elle impose avec la matière et le sujet. L’ensemble révèle une tendresse du regard porté sur ces êtres que j’affectionne.

À cet ensemble s’ajoutent les œuvres Je, Jean-Marc, j’étais. Le Je, c’est lui, Jean-Marc, mon père atteint d’Alzheimer, dont j’ai été l’aidante naturelle durant plusieurs années. Chaque œuvre présente les pages de ses derniers agendas. À travers celles-ci, se révèle l’homme de science qu’il était, systématique et précis dans ses données recueillies au quotidien. Lorsqu’il se nomme, mon père le fait en écrivant JM, comme par exemple « JM va au lit à 22h ». J’ai souligné d’une ficelle rouge ou d’une gravure, chacune des mentions de ce Je qui s’exprime. Les pages sont cousues à la main par des fils ballants, dont les couleurs évoquent celles de la nature au rythme des saisons. Ainsi, le rougeoiement de l’automne ou la blancheur de l’hiver se nuancent côte à côte, de même se lient les jours au fil du temps et me relient à ces jours passés.