Chargement Évènements

Mirage blanc

Exposition du 15 novembre au 12 mai au Musée national des beaux-arts du Québec

Que nous l’appréciions ou non, l’hiver fait partie de ce que nous sommes et requiert de nous résilience et adaptation. Il agit comme un liant social qui nous rassemble sous la même tuque de laine : peu importe nos origines, notre genre, notre âge, notre éducation ou notre langue, au Québec, nous devons vivre notre hiver. Il est à l’origine de grandes joies, de plaintes ou d’inquiétudes et il nourrit inlassablement les conversations de décembre à mars.

À l’extérieur du pays, notre expérience hivernale intrigue et fascine : comment survivons-nous aux grands froids? Nous contribuons à alimenter l’imaginaire lié à la nordicité en racontant nos aventures, et c’est ainsi que notre exaspération se transforme en fierté. Mais cette blanche saison, que nous aimons et détestons ensemble, est aujourd’hui menacée par le réchauffement climatique. Cet hiver de force pourrait un jour n’être que Mirage blanc, entraînant dans sa disparition une part de ce que nous sommes.

L’exposition porte le titre d’une œuvre de Micheline Beauchemin présentée en introduction, une tapisserie réalisée par l’artiste à la suite d’un long séjour sur l’île de Baffin, au Nunavut. Le camaïeu de blanc et les fils nacrés utilisés pour le tissage rappellent les miroitements de la lumière sur les étendues gelées du Grand Nord.

L’hiver magnifié est à l’origine de l’exposition, qui réunit plus de 70 œuvres de toute époque tirées de nos collections : des représentations et des évocations poétiques de la nordicité ou encore des créations qui, placées dans ce contexte, s’offrent différemment au regard.