Loading Events

Insularités: au fil des voix, au fil de l’eau d’Estela López Solís

Exposition du 11 juin au 10 septembre à l’espace Colis suspect d'AdMare

En résidence à AdMare du 22 mai au 11 juin 2022, Estela López Solís s’intéresse à la vie intime des êtres, des choses et des lieux. Sa recherche artistique est interdisciplinaire et se centre sur la possibilité de dévoiler – sans le trahir – ce qui est secret. Ses œuvres en performance, broderie, dessin, gravure, installation, photographie et vidéo impliquent un travail relationnel au cœur duquel les mots et la parole tissent des filiations insoupçonnées.

Lors de sa résidence de recherche et création à AdMare, Estela souhaite développer un rapport au territoire à l’échelle de la marche, de manière à tisser des liens avec des membres de la communauté qu’elle côtoiera au quotidien. Une position d’écoute active envers les gens et d’attention sensible aux qualités des lieux guidera ses recherches. Elle invitera certaines des personnes rencontrées à réaliser des parcours avec elle en tête-à-tête ou en petit groupe, afin d’explorer ensemble le territoire madelinot ainsi que les récits historiques, familiaux et personnels qui imprègnent ces îles. Lors de ces moments de partage se dévoileront, sans doute, par la parole et le récit, des rapprochements et des divergences dans ces expériences d’insularité. Nourrie par ces dialogues et munie de matériaux régulièrement employés dans son travail (fils, tissus, papiers, etc.), l’artiste ponctuera ces marches, ainsi que d’autres parcours effectués en solitaire, par la réalisation in situ d’actions performatives allant du geste furtif à l’action participative.

À la fin de ce séjour en résidence, Estela López Solís réalisera une installation au cœur de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine, dans l’espace Colis suspect : une œuvre composée d’images, de mots, de notes et d’objets glanés tous au fil de l’eau, au rythme lent des pas et des rencontres effectués sur ce territoire insulaire.

Biographie

Estela López Solís est née en 1978 au Mexique, où elle a étudié les arts visuels. Par une pratique relationnelle basée sur l’écoute d’autrui, elle sonde des réalités émotionnelles cachées et révèle certains des fils et des chaînes qui nous relient. Elle explore et dévoile des aspects performatifs au cœur des processus de création. Son travail a été soutenu par différentes institutions culturelles au Canada, en France, à Cuba, au Chili et au Mexique.  Ses œuvres ont été présentées lors d’expositions individuelles et collectives et de divers événements dans ces pays, notamment au centre Artista X Artista (La Havane) en jumelage avec DARE-DARE (Rencontres en art actuel Montréal ~ Habana) et à la Galerie de l’Université du Québec en Outaouais (Gatineau). À l’invitation des commissaires Nicole Gingras et Eric Mattson, elle et l’artiste Patrick Beaulieu ont entamé en 2021 un processus de cocréation dont une première œuvre a été présentée au Festival de Arte Sonoro Tsonami (Valparaíso). En 2021, Estela López Solís a présenté l’exposition Les voix basses au Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger (Victoriaville), avec la commissaire Marie Perrault; de cette collaboration découle Polyphonie intime, un projet de cocréation multiforme en cours. Ses dessins font partie de plusieurs publications, notamment le roman Wigrum de Daniel Canty (publié en français par La Peuplade et en anglais par Talonbooks). Ses œuvres font partie de diverses collections publiques et privées. Elle est membre de plusieurs centres d’artistes autogérés du Québec. Elle vit et travaille dans la région des Cantons de l’Est.

Site web de l’artiste : www.estelalopezsolis.com