Chargement Évènements
Kadie Salmon, Scree (concertina) (détail), papier giclée, impression à jet d'encre, 2021 // Kadie Salmon, Scree (concertina) (detail), giclee papier, inkjet prints, 2021

Commémorer le collaboratif de Gabrielle Larocque et Le Broke Lab

Laboratoire méthodologique du 14 au 20 juin à Artexte

Durant la semaine du 14 juin, Gabrielle Larocque et les membres du collectif le Broke Lab investiront l’espace d’exposition d’Artexte (actuellement fermé au public) le temps d’un laboratoire de 3 jours afin de revisiter les archives du collectif à la lumière des recherches sur la collaboration menées par Gabrielle dans la collection d’Artexte. L’espace-temps sera structuré par différents épisodes de la collaboration : 1) Points de vue et pôles de la collaboration (qu’est-ce qui caractérise les éléments qui se rencontrent?) / 2) Modes et actions (de quelles façons s’organise le processus?) / 3) Ajustements mutuels (qu’est-ce qui s’ajuste?). Avec l’aide des archives, elles tenteront d’activer la mémoire du collectif dont une partie s’est accumulée dans les corps de ses membres. Ce laboratoire pourrait bien approfondir la compréhension des dynamiques qui se trouvent derrière « l’élaboration d’une œuvre commune » (cnrtl.fr). Si la collaboration s’emprunte abondamment comme modalité de travail, comment pourrait-on aborder cette notion, au-delà de son idéal romantique, comme un exercice politique ?

À propos de la résidence de recherche de Gabrielle Larocque @ Artexte :

Comment la rencontre entre la collection de documentation sur l’art et les arts dits vivants ou performatifs informe-t-elle sur la collaboration? Ma résidence puise dans la matière documentaire d’Artexte – une littérature constituée principalement de dons d’une communauté d’artistes et de travailleur.e.s culturel.le.s – afin d’y dégager des concepts permettant de mesurer, d’analyser et ultimement, d’établir un rapport avec les archives du collectif en danse Le Broke Lab qui oriente son travail sur les modes de collaboration, la recherche et l’expérimentation.

Artiste et chercheure, Gabrielle Larocque est issue de l’anthropologie et des arts visuels. Ses recherches doctorales, dirigées par Anne Bénichou, portent sur le patrimoine des arts vivants et sur la rencontre interdisciplinaire qu’il induit. Quant à sa pratique de recherche, elle s’étend au-delà de l’université et l’engage dans le commissariat et la création. Elle publie et communique sur ses projets alors que ses créations ont récemment fait leur entrée dans des collections privées et institutionnelles. Elle est lauréate du prix Roland-Arpin 2015 et subventionnaire du FRQSC depuis 2020.

En 2011, Merryn Kritzinger, Susan Paulson et Roxane Duchesne-Roy, toutes danseuses professionnelles qui évoluent à Montréal, ont fondé Le Broke Lab, une structure souple qui propose une série de micro-laboratoires de recherche en danse, impliquant des artistes de toutes disciplines, établis et émergents, qui nous inspirent. Ensemble, elles se consacrent à une exploration libre des contraintes normalement liées à la production d’une œuvre. Le Broke Lab met l’emphase sur une recherche non censurée et exempte de toute pression où l’échange artistique et humain demeure la priorité. Elles cherchent à provoquer des rencontres, à contribuer au développement de la recherche pure, à agir en tant que ressource et ultimement, à se ressourcer en échanges. 53 collaborations ont été réalisées jusqu’à présent et un volet documentation est au cœur de nos projets.