Chorégraphie de Caroline Dubois, le jeudi 29 avril chez Clark

NE PAS SE RÉDUIRE À DES EXPÉRIENCES D’ADMIRATION
une chorégraphie de Caroline Dubois

» Cette pièce traite de la notion de territoire à travers la divergence en utilisant la conversation comme forme. Je m’intéresse particulièrement à la réaction du corps lorsqu’il se trouve dans un espace de négociation et lorsqu’il tente de défendre ses propres idées face à l’autre.
 
Le concept de territorialité désigne le processus d’appropriation du territoire par les groupes sociaux. Cette question de territoire est actuellement mais également depuis des siècles, ce qui mène la plupart des guerres dans le monde. Elle est une préoccupation universelle et intemporelle. Le territoire induit alors des rapports sociaux spatiaux. L’espace est un système de positions et de relation de positions ce qui montre en quoi l’espace à un lien avec les interactions des individus, les relations réciproques.
 
En s’inspirant de cette mécanique, de ce mouvement de différenciation face à l’autre, je veux présenter le corps dans des situations où il cherchera à établir différentes conversations avec l’autre, le vide, le plafond, le plancher, l’espace, le public pour chercher à se différencier en tentant physiquement de défendre ses idées. Je m’intéresse à l’absurdité de l’effort du corps dans la tentative de communiquer, de se différencier et de faire comprendre ses idées. À l’apparition dans le corps de différents paradoxes, contre sens et opposition de sens lors de ces conversations. Pris au sérieux par l’intensité et la détermination, le corps, le mouvement et la présence se révèlent absurdes et parfois ridicules. »

Qu’est-ce qui nous différencie l’un de l’autre? Comment se différencier de l’autre pour créer sa propre identité? Ainsi, devant la différence face à l’autre, cette réflexion sur le territoire permet de se positionner individuellement et de se définir son identité.
 
Conception : Caroline Dubois en collaboration avec la danseuse Jody Hegel
Conception des costumes : Chantal Durand

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel