Le cœur des choses de Nathalie Bachand et Les amoureux, la suite de Catherine Charron-Béland. Vernissage le 9 octobre à 14 h.

Le centre d’artistes Regart accueille l’installation sculpturale Le cœur des choses de Nathalie Bachand du 9 au 30 octobre 2005.

Le vernissage a lieu le dimanche 9 octobre à 14h.

Dans un décor issu du quotidien, Nathalie Bachand nous transporte dans un monde imaginaire où les objets sont travestis pour provoquer un sentiment d’étrangeté. En fait Le cœur des choses amène un questionnement sur la matérialité des choses et leur souvenir laissé dans la mémoire. Des textes accompagnent l’exposition. Nathalie Bachand interroge la matière des objets familiers: » Le visuel et le textuel se rencontrent alors dans une cohésion de pratiques, qui relèvent d’une seule démarche de création. Toutefois, la dimension narrative sy donne en retrait – dans une sorte d’antichambre du visuel – les faisant ainsi se relayer dans la construction de sens que peut engendrer l’expérience artistique et esthétique. «


Les amoureux, la suite Catherine Charron-Béland 9 au 30 octobre 2005 Vernissage, le 9 octobre à 14h

Le centre d’artistes Regart accueille l’installation photographique Les amoureux, la suite de Catherine Charron-Béland du 9 au 30 octobre 2005.
Le vernissage a lieu le dimanche 9 octobre à 14h.

Les amoureux, la suite est uQe exposition composée de photographies couleur représentant des couples qui s’embrassent dans un décor du quotidien. Une bande sonore fait entendre la voix des personnages récitant en litanie les prénoms des gens qu’ils ont déjà embrassés. Sous forme de documentaire, Catherine Charron-Béland articule son projet de création autour des notions d’identité et d’intimité: « Passant de l’image à la voix, Les amoureux propose un regard sur l’intimité du baiser et sur l’identité de chacun dans son histoire amoureuse. La photographie fixe le moment sur une image et, grâce à el/e, ce baiser devient éternel. À l’inverse, les noms prononcés appartiennent au souvenir; la parole n’est pas permanente, même captée sur une bande audio, el/e s’envole une fois entendue. Titres, visages, voix, tous ces indices nous renvoient à l’identité des modèles: des individus et des couples différents. « Catherine Charron-Béland obtenait une maîtrise en arts visuels de l’université Laval en 2005.

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel