Chargement Évènements
© Harun Farocki / n.b.k.
  • Cet évènement est passé.

UMGIESSEN de Harun Farocki

Projection du 9 au 15 octobre au Goethe-Institut de Montréal

n.b.k. Video-Forum | Projections sur nos fenêtres

Le Goethe-Institut Montréal, en collaboration avec le Neuer Berliner Kunstverein (n.b.k.), présentera un programme de projection de 20 œuvres vidéo issues de la vaste collection d’art vidéo de n.b.k Video-Forum, sous la direction d’Anna Lena Seiser (responsable de la collection n.b.k. Video-Forum).

Les films individuels seront projetés pendant une semaine chacun, du coucher du soleil à 2 heures du matin, sur les vitrines du Goethe-Institut, 1626 boul. St-Laurent, Montréal, Québec, H2X 2T1, Canada et peuvent être visionnés sur un écran intérieur pendant les heures d’ouverture du Goethe-Institut :

UMGIESSEN

Harun Farocki
2010
19:28 Min.
Collection Video-Forum, Neuer Berliner Kunstverein (n.b.k.)

Dans Umgießen, Farocki tente de reproduire la célèbre performance Fluxus « Cycle pour seaux d’eau (ou bouteilles) » de Tomas Schmit de 1962 dans des conditions actuelles, dans ce cas par un robot. Dans la performance de Schmit, un performeur entouré de seaux ou de bouteilles d’eau verse de l’eau d’un récipient à l’autre dans le sens des aiguilles d’une montre jusqu’à ce que toute l’eau se soit évaporée ou renversée. Ce qui, dans la performance originale, prend des heures, ne prend que quelques minutes au robot de Farocki, qui réussit ainsi à inverser avec humour l’efficacité supérieure des machines par rapport aux hommes.

Harun Farocki (*1944 à Nový Jičín / République tchèque, †2014 près de Berlin) est l’un des cinéastes allemands les plus influents dans le genre du film d’essai. Son œuvre comprend plus de 100 films expérimentaux et documentaires, films d’essai, courts et longs métrages. À partir du milieu des années 1990, Farocki a élargi sa pratique cinématographique pour y inclure des installations vidéo dans des lieux d’art visuel. Son approche est centrée sur l’étude de la signification des images, de leur création et, surtout, des structures de pouvoir qui y sont inscrites. Son travail porte sur l’optique et la visualisation de la violence, ainsi que sur les dimensions politiques de l’image cinématographique et le pouvoir des images techniques. Outre ses activités artistiques, Farocki a également travaillé comme rédacteur et éditeur pour le magazine Filmkritik (Film Review) et a enseigné à l’université de Californie, à la Deutsche Film- und Fernsehakademie Berlin, à l’Universität der Künste Berlin et à l’Akademie der bildende Künste Vienne.

En savoir plus