Chargement Évènements
Kaia’tanó:ron Dumoulin Bush, Doom Scrolling (2020), ink on paper/ encre sur papier (crédit photo/photo credit : Kaia’tanó:ron Dumoulin Bush)

Moulin à paroles | Iakoteriwatié:ni | Chatterbox de Kaia’tanoron Dumoulin Bush

Vernissage le samedi 30 octobre à 14h au centre d’art daphne

Le Centre daphne a le plaisir d’annoncer sa troisième exposition, qui ouvrira ses portes le 30 octobre. Intitulée Moulin à paroles | Iakoteriwatié:ni | Chatterbox, elle met à l’honneur les œuvres de Kaia’tanó:ron Dumoulin Bush. Cette exposition solo, préparée par Sherry Farrell Racette, est présentée jusqu’au 18 décembre.

Artiste émergente, Kaia’tanó:ron Dumoulin Bush est d’origine Onkwehonwe et canadienne-française de Oshahrhè:’on (Châteauguay), au Québec, et se spécialise en illustration et en arts visuels. L’œuvre incluse dans cette exposition, Moulin à paroles | Iakoteriwatié:ni | Chatterbox, est imprégnée d’un rose vif et fluorescent, couleur que Bush utilise souvent pour ses œuvres. C’est souvent l’une des couleurs vives que l’on retrouve dans les pow-wow contemporains et qu’elle considère faisant partie intégrante de son identité. Comme l’artiste le dit elle-même : « Ma mère est canadienne-française et mon père est Mohawk. Donc, quand vous mettez du rouge et du blanc [ensemble], ça devient rose, et c’est là que je me situe dans le spectre des couleurs. »

Préparée par Sherry Farrell Racette, l’œuvre de Kaia’tanoron Dumoulin Bush, Iakoterihwatié:ni | Moulin à paroles | Chatterbox, traite de ce qui se passe lorsque l’on se trouve à l’intersection de trois cultures souvent divergentes. Les œuvres de cette exposition explorent les récits de survie autochtones tels qu’ils sont exprimés dans la culture matérielle et visuelle et nous invitent à nous interroger sur la façon dont les femmes autochtones naviguent à travers ces réalités. Présentant un mélange d’œuvres nouvelles et anciennes, Mme Bush utilise le dessin, la peinture, la sculpture, la performance (selon les restrictions imposées par la Covid) et la nourriture pour aborder les questions autochtones contemporaines, et affronter et guérir ses propres traumatismes intergénérationnels.

daphne est le premier centre d’art autochtone autogéré de Tiohtià:ke/Montréal. Nous avons pour mandat de promouvoir l’art et les artistes autochtones contemporains de tous calibres, ainsi que de favoriser une culture de paix.