Chargement Évènements
Back to being a Teenager, 201

Marie-Claude Lepiez et Anne Théberge

Vernissage le jeudi 29 août à 17h à l'Écart

MARIE-CLAUDE LEPIEZ
Fais tes sciences pures ça va t’ouvrir des portes
Exposition du 29 août au 29 septembre 2019

Le travail de Marie-Claude Lepiez réinterprète des souvenirs personnels perdus, disparus et oubliés en travaillant à partir d’objets et de matériaux grappillés dans son environnement immédiat. En patentant des vidanges dans un esprit de tout faire n’importe comment et par l’utilisation de l’écriture, du trompe l’œil, du slapstick, du slang et du Do It Yourself, elle crée une poésie de la récupération. L’ensemble de son travail se lit à la manière d’un collage impressionniste et non linéaire engageant le spectateur dans une énigme grandeur nature.

Fais tes sciences pures ça va t’ouvrir des portes est la première exposition individuelle de Marie-Claude Lepiez. Elle y présente un corpus d’œuvres sculpturales rassemblées sous forme installative mêlant œuvres cinétiques, dessins et sculptures. De cet assemblage bricolé et joyeusement débridé se dégage un sentiment de liberté adolescente où la révolte affirme une construction identitaire et permet la prise en compte de réalités alternatives. L’artiste laisse la désinvolture flirter avec la rébellion et nous invite à sa suite et non sans humour, à ne pas se fermer trop de portes!

Marie-Claude Lepiez vit et travaille à Montréal. Elle détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2010) et complète actuellement une maîtrise en arts visuels à l’Université Concordia à Montréal. Son travail a été présenté dans le cadre d’expositions collectives à Montréal à DHC/ART (2009), à la Galerie du Viaduc et à la Galerie Leonard & Bina Ellen (2019).

__
ANNE THÉBERGE
(in)visible
Résidence du 6 juin au 29 août 2019
Exposition du 29 août au 6 octobre 2019

La pratique artistique d’Anne Théberge évolue autour de questionnements sur les notions de fragilité et de force. Par une approche brute et expressionniste de la peinture, elle investit un rapport priorisant l’expérimentation, la gestuelle et le sensoriel. Son langage plastique manipule l’abstraction et la figuration d’une manière intuitive laissant place à la spontanéité, au-delà des contraintes, dogmes ou conditionnements.

Au cours de sa résidence à l’Écart, l’artiste a réalisé un nouveau corpus d’œuvres où elle met de l’avant des tableaux de grand format. Son projet est conçu en collaboration avec l’Association pour personnes handicapées visuelles de l’Abitibi-Témiscamingue (APHV). À travers cette démarche, elle s’est immiscée dans la réalité de personnes handicapées visuelles en soutenant la prémisse selon laquelle l’altération des référents visuels peut enrichir l’univers perceptif des voyants. Cette recherche prend également racine dans son intérêt face à l’implication du corps et à l’impact des sens, outre la vue, dans un travail en art visuel.

Dans son exposition (in)visible, Anne Théberge se dédie, pour la première fois, complètement à l’abstraction. Dans cette nouvelle série, elle tente de repousser les limites du non-contrôle et de la liberté. Les tableaux présentent des superpositions de couleurs, des répétitions et une assise créée par l’intervention de taches et de lignes agissant tel un élément de permanence, un référent visuel qui organise et donne sens à un univers porté par l’expressivité.

Originaire et résidente de Rouyn-Noranda, Anne Théberge est titulaire d’un baccalauréat en psychoéducation et d’un certificat en peinture de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Son travail a été présenté lors d’expositions solos à L’Écart (2009), à la galerie Rock Lamothe art contemporain (2017), au MA, musée d’art de Rouyn-Noranda (2018) ainsi que dans le cadre d’expositions collectives, entre autres à la Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce à Montréal (2010) et dans les centres d’exposition d’Amos (2015) et de Val-d’Or (2011).