Chargement Évènements

Laure Tixie

Vernissage le jeudi 22 février à 17h à Regart

Plaid Houses, 2007-2011, 48 maquettes de feutre
Regart, 6018 rue Saint-Laurent

Dans cet espace abrité et proche du fleuve, Laure Tixier associe le retranchement et l’enfance. Par contraste avec l’installation extérieure, Suspendre, ces « maisons » sont à l’échelle d’un jouet ou d’une maquette, les couleurs sont vives, les formes souples. La chaleur organique du matériau – le feutre est une agglomération de poils d’animaux – nous invite à nous y projeter et renvoie aux cabanes, comme celles que font les enfants avec des couvertures : ce que l’artiste qualifie de « première fiction d’architecture ». La référence au corps présente dans les deux installations trouve un terrain commun avec les aquarelles au mur. Tixier constitue avec les Plaid Houses un répertoire issu de contextes culturels, géographiques et historiques disparates. Yourte mongole, chaumière bretonne, bâtiment postmoderne ou château fort, ce sont des modèles et leur apparente douceur n’est pas tout à fait inoffensive. L’architecture est loin d’être un simple jeu formel; elle dicte, aux corps qui l’occupent comme aux regards auxquels elle s’expose, des consignes implicites ou pas. Ces bâtiments hétérogènes mis dans une relation d’égalité fictive esquissent une fable sur les communautés humaines et leur volonté de « construire » et planifier leurs habitats, les corps qui les occupent et, par extension, les formes du monde autour d’elles. Parfois, aux dépens de ce monde.

Suspendre, 2024, béton teinté dans la masse
Terrasse du Chevalier-de-Lévis

Face à Québec, en surplomb du fleuve, Laure Tixier pose l’archétype du refuge et de l’abri avec deux formes de maisons élémentaires. Elles sont en béton, le matériau de la modernité extractive, adouci par deux teintes du monde végétal. À l’échelle d’un corps, elles sont dénuées d’ouverture. Elles contrastent avec le groupe de maisons qui nous attend dans l’espace Regart. Froid et chaud, fermé et ouvert, résistant et souple, abstrait et décoratif, visuel et sensoriel : les deux installations parlent du corps et des constructions que nous lui offrons. Elles se répondent et redistribuent différentes propriétés architecturales et sensibles. Tixier expose dans cet aller-retour une question plus brûlante que jamais et qui concerne son travail, celle de l’exclusion et de l’accueil.

Nous seront enchanté de vous présenter les « maisons » de l’artiste française Laure Tixier dans le secteur du Vieux-Lévis. Du 23 février au 28 avril, la Terrasse du Chevalier-de-Lévis et la galerie principale de Regart seront investies par quantité de maisons colorées, dont deux réalisées par le concours de l’entreprise de Lévis Bétons architecturaux Breton, une production fièrement locale.

Événèment Facebook

Au plaisir de vous y voir:
– 17h à 19h
– 6018 rue Saint-Laurent, Lévis