Chargement Évènements
© Kegan McFadden, Une paix débordante (détail)
  • Cet évènement est passé

Kegan McFadden et Jonathan Naas

Vernissage le vendredi 15 novembre à 17h à Langage Plus

Kegan McFADDEN (Victoria, BC)
L’intimité débordante
Avec L’intimité débordante, Kegan McFadden synthétise ses approches précédentes en matière de gravure, de texte et d’installation dans une exposition cohérente de pièces uniques. Chacune des œuvres interconnectées est une ode à un homme qu’il a déjà connu et qui est donc lié au développement de son existence queer. De la convoitise des adolescents aux flirtes des adultes, ces œuvres vont à l’encontre du secret en faveur d’une reconnaissance publique de leur existence. En utilisant un mélange de matériaux trouvés et dérivés, il crée une situation dans laquelle le public peut interpréter ses relations. Ces souvenirs proviennent d’expériences personnelles, mais sont également interprétés de manière universelle. Des slogans à l’action, du fait-main à la fabrication en série, du vêtement à la publicité, chacune de ces installations tire également son épingle du jeu du privé au public. Prises ensemble, ces œuvres constituent un monument surréaliste ou une capsule temporelle improbable, évitant la nostalgie de quelque chose de plus exploratoire et éphémère.

Jonathan NAAS (Altkirch, France)
Invincible Invisible
Dans l’obscure noirceur d’Invincible Invisible, l’artiste met en relation des matières au potentiel symbolique judicieusement choisies et certains procédés artistiques témoignant d’une méticuleuse recherche contextuelle. Évoquant tant le souvenir que l’inconnu, Atce’n, Met’co et Ashuaps qualifient trois cryptides endémiques à la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Naissant dans la tradition orale, ces créatures s’alimentent de nombreuses sources culturelles et cultuelles subsistant dans le folklore sous forme de contes ou de mythes. L’artiste joue de l’exagération entourant ces histoires et d’autres trouvailles pour faire glisser leur fonction, autrefois socio-éducative, vers de nouveaux motifs. Par la mise en parallèle des cultures, Jonathan Naas a été guidé par le hasard et les croyances locales pour démystifier le point d’équilibre des concepts, où le matériel peut en arriver à être transfiguré en immatériel, tout comme le visible, en invisible.

Cette résidence a été réalisée dans le cadre des Résidences croisées Grand Est, France / Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec du Frac Alsace et de Langage Plus, en collaboration avec le Centre SAGAMIE et le CEAAC.