Loading Events

Jardin & compost

Vernissage le vendredi 17 juin à 18h à Regart

Dans le cadre de sa programmation Décroissance (2021-2023), Regart a invité deux artistes établies a partager sa galerie principale le temps d’une rencontre artistique inédite et exclusive. Du 17 juin au 14 août 2022, Nathalie Lavoie et Nadia Loria Legris investiront l’espace avec Jardins & compost : des estampes numériques et des éléments naturels étroitement liés.

Cette exposition est née d’une invitation, lancée par Regart aux deux artistes, de faire cohabiter leurs œuvres dans une même galerie. Les deux artistes partagent en effet un intérêt commun pour le monde végétal. Nathalie Lavoie réfléchit et crée autour du thème du jardin domestique, tandis que Nadia Loria Legris articule sa proposition autour du déchet organique domestique. De leur proposition originale initiale respective Jardin ou la beauté légumière et Compost ou la poétique du flétriest née cette nouvelle articulation artistique singulière.

Puisqu’elles habitent à une distance géographique éloignée l’une de l’autre et qu’elles ne se sont jamais rencontrées, les artistes se sont tenues au courant de l’avancement de leur recherche-création respective tout au long de l’année, en vue de former un tout cohérent tout en respectant la singularité de chacune.

Le corpus de Nathalie Lavoie présenté en galerie résulte d’un regard attentif porté sur son jardin, en surface et sous terre. Il s’ensuit des transformations diverses. Ainsi, une image photographique en négatif de rhizosphère se colore, puis se multiplie en rotations symétriques horizontales et verticales. Une estampe numérique révèle le réseau de lignes entremêlées d’une racine de poireau et une autre en présente la fleur. Des carottes atypiques sont le sujet principal de dessins imprimés et une courge délicate apparaît dans une superposition d’états (fleur, plante et légume). Des hampes florales potagères se muent en sculptures éphémères.

Nadia Loria Legris propose pour sa part une série de natures mortes photographiées à partir de végétaux flétris, germés ou en compost. S’y ajoutent des installations in situ créées à partir d’éléments déshydratés: cœurs de pomme, pelures de citron, d’aubergine, de poivron, etc. À notre époque où les demi-mesures sont exclues, le rappel de la diversité du vivant, de sa fragilité est, pour l’artiste, une façon de mettre de l’avant l’urgence de la décroissance. Malgré notre désir d’ordonner et d’organiser nos détritus, ce que l’on range dans la poubelle ne disparaît pas.

Et si, en se saisissant physiquement de la matière déchue, Homo détritus réussissait à se réapproprier le potentiel contestataire et subversif du déchet? (Montaigeon)

Biographies

Nathalie Lavoie vit et travaille au Saguenay–Lac Saint-Jean. Détentrice d’une maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi, c’est par les disciplines variées que sont le dessin, le modelage et la photographie, associés à des matériaux tels que l’encre, l’argile et des éléments de la nature qu’elle entre en contact avec le territoire qu’elle habite et qu’elle revisite à travers ses projets. Depuis deux décennies, son travail a été présenté dans diverses expositions individuelles à Toronto (2000), Ottawa (2011), Gatineau (2003), Montréal (2005), Côte-Nord (2017, 2019) et Saguenay (2012, 2017, 2019, 2020, 2021), ainsi que dans des expositions collectives au Canada, en France, en Allemagne et au Chili, notamment à l’Université Humboldt de Berlin (2017). Aussi, des résidences artistiques dans différents lieux lui permettent de poursuivre sa recherche à l’étranger. En 2022, elle est finaliste au concours Talents contemporains de la Fondation François Schneider (France). Trois livres sont dédiés à son œuvre.

nathalielavoie.net

Originaire de Montréal, Nadia Loria Legris vit et travaille à Sherbrooke. Titulaire d’un baccalauréat en études françaises, d’un diplôme de 2e cycle en pratiques artistiques actuelles de l’Université de Sherbrooke et d’une formation en rituel de passage (école Ho Rites, Montréal), elle adopte une approche interdisciplinaire dans la réalisation de ses projets. Elle a un intérêt marqué pour l’environnement et notre rapport à celui-ci. Membre du Regroupement de pairs des arts indépendants de recherche et d’expérimentation (REPAIRE), elle maîtrise une pluralité de techniques et de matériaux et son travail s’inscrit dans une pratique en art actuel. Nadia Loria Legris cumule également une vaste expérience d’interventions artistiques dans les communautés et de projets en médiation culturelle.  Elle est récipiendaire d’une bourse de la ville de Sherbrooke pour poursuivre ses recherches pigmentaires sur les plantes indigènes locales.

nadialorialegris.com