Loading Events

Entre les nœuds du temps de OSKI

Vernissage le jeudi 9 juin à 17h10 au Livart

Je gratte la peau des rêves…/Je m’écorche la mémoire…/J’écoute au fond de moi/la musique de mes songes/le bruit de mes cauchemars/le tapage de mes mots/la grossesse du miroir/l’obésité de l’œuf/entre les nœuds du temps.”- Frankétienne, Premier Chant, extrait du monologue théâtral Foukifoura

Le Livart présente une exposition solo de l’artiste OSKI (né à Port-Au-Prince, Haïti) avec le commissariat de Joséphine Denis.

Le travail d’OSKI (Olivier Vilaire) reflète ses préoccupations sur la situation politique d’Haïti des trois dernières années, aggravées par des événements sociétaux marquants comme l’assassinat du Président Jovenel Moïse et plus personnels comme le meurtre d’un homme qui lui rappelle son père. Ces réflexions rejoignent la pratique curatorial de Joséphine Denis en abordant le trauma culturel et la question identitaire.

Les figures représentées dans les œuvres d’OSKI (Olivier Vilaire) évoquent des silhouettes fantomatiques qui déambulent dans des espaces dont les couleurs sont à la fois pâles et vives – qui expriment un ton aussi festif qu’inquiétant. D’autres de ses peintures, plus abstraites, dégagent une tension similaire qui semble annoncer une précipitation vers un éclatement et potentiellement vers un relâchement délirant.

En se livrant à cet élan créatif, l’artiste démontre une forme de résilience tantôt caractérisée par la dualité entre la réflexion méditative et l’action audacieuse en tentant de figer ce moment dans le temps – entre la commotion et l’extériorisation.

OSKI

Né à Port-au-Prince en 1984, OSKI (Olivier Vilaire) est un artiste multidisciplinaire qui vit et travaille actuellement à Montréal. Sa pratique est concentrée autour de l’idée de la matérialité, des textures, de la couleur et du mouvement en dialogue avec l’expression de son identité Haïtienne, souvent à travers la peinture. Ses œuvres représentent un langage visuel parfois figuratif et parfois abstrait, dont les couleurs varient entre pâles et très vives. Ses explorations sur la mémoire collective et culturelle, la situation socio-politique évoque la question identitaire, sujet qui revient régulièrement dans son travail.

Joséphine Denis

Joséphine Denis est née en Haïti, a grandi entre Port-au-Prince et New York, et réside actuellement à Tiohtià:ke/Montréal. Elle est commissaire d’exposition et écrivaine dont la pratique est centrée sur la création et la narration d’espaces BIPOC. Denis défend l’art de la diaspora noire, l’engagement critique et les transformations institutionnelles à travers lesquelles les artistes et les publics peuvent co-créer des réseaux affectifs de changement radical. Ses approches en matière de conservation et d’écriture cherchent des moyens de transmettre les complexités et les nuances spécifiques des œuvres d’un artiste dont la pratique est ancrée et concernée par un contexte communautaire plus large.