Des nouvelles de ARCA

Extraits de l’arca dans la poche #30
20 février 2020

L’ARCA sollicite votre aide !

ARCA vient d’amorcer la 3e phase de son projet (pas) juste une question d’argent qui vise à 1soutenir les efforts de diversification des revenus au moyen d’outils de gestion et de promotion, dont une série de capsules vidéo. Cette série de vidéos est conçue comme un instrument de médiation au service des gestionnaires des CAA en quête de commandites, par exemple, ou, simplement, pour faire connaître leurs services aux étudiants et professionnels de la relève. Bien que la notion de service puisse sonner moins inspirante à nos oreilles, elle demeure intrinsèque au rôle des centres d’artistes autogérés nés sous l’impulsion d’artistes qui s’organisent pour se doter de lieux, d’équipements et d’espace d’échange d’information et de réseautage.

Nous avons besoin de vous pour recueillir du matériel documentaire qui met en valeur les services courants offerts dans vos centres : soutien à la création (résidences, ateliers d’artistes, ateliers de production), à la diffusion (espaces de diffusion formels ou informels, ou dans l’espace public), à la médiation (visites, entrevues, causeries et ateliers en présence des artistes), à la vie démocratique (rencontre de comités, assemblées, lacs à l’épaule, fêtes et activités spéciales des membres). Nous ferons l’impossible pour raconter une histoire plausible qui vous ressemble sans être votre portrait exact (comment pourrions-nous, considérant qu’il existe près de 180 centres!).

On se rappellera qu’en octobre 2018, l’ARCA a obtenu un soutien financier de 143 534 $ du volet Initiatives stratégiques du Fonds du Canada pour l’investissement en culture pour nous aider, ainsi que nos membres, à évaluer et à mieux rendre compte des investissements publics en culture auprès des bailleurs de fonds, des bénéficiaires, des donateurs, des commanditaires et des autres parties prenantes.

Si vous avez du matériel que vous aimeriez partager, merci de communiquer avec Benjamin J. Allard, chargé de projet à benjamin(at)arca(point)art.

L’AAV se concerte avec l’appui de Nicole Doucet

L’Alliance des arts visuels (AAV) est fière d’annoncer qu’elle a retenu les services de la consultante et lobbyiste Nicole Doucet pour accompagner ses membres dans l’élaboration d’une stratégie de représentation concertée pour l’ensemble du secteur des arts visuels, médiatiques et des métiers d’art. Une première rencontre de déblayage tenue à Ottawa le 4 février dernier a permis de faire le point sur l’évolution des enjeux partagés, et ce, depuis la fondation de l’AAV en 2007. Parmi ces enjeux on retrouve toujours et encore ceux liés au financement et à la précarité constante des artistes et des travailleurs et travailleuses culturel.le.s, auxquels s’ajoutent les démarches qui visent à promouvoir l’équité, la réconciliation avec les peuples des Premières Nations, les Métis et les Inuits, le rayonnement des artistes à l’international et l’impact du numérique sur notre secteur.

L’Alliance n’est pas une organisation ou une institution formelle. Elle fonctionne comme une table de concertation représentant les intérêts du milieu des arts visuels.

INVISIBLES: Changer la culture de la représentation des artistes contemporains dans les médias de masse

Déplorant l’absence de couverture de l’art contemporain dans les médias, Christian Messier, artiste et éditeur de la revue en ligne Punctum, se donne pour mission de mettre en valeur les artistes québécois sous-représenté.e.s dans les médias. Il commence avec 366 jours/366 artistes, une initiative qui consiste à publier quotidiennement le travail d’un artiste québécois sur sa page Facebook. Le projet a déjà généré une pétition, et sera porté et pensé par plusieurs acteurs du milieu de l’art contemporain. ​Pour en savoir plus, visitez https://www.invisibles-artsvisuels.com/

Cadre d’impact qualitatif

En décembre dernier, le Conseil des Arts du Canada a publié son Cadre d’impact qualitatif, un rapport destiné à fournir des lignes directrices pour mesurer l’impact des investissements de fonds publics dans les arts. Plus près de chez nous, le cadre d’impact vise entre autres à aider les artistes et les organismes à produire leur rapport d’impact, nouvelle exigence imposée aux organismes soutenus par un financement de base du Conseil des arts du Canada. Le cadre permettrait de mieux comprendre et exprimer l’impact de leur travail sur les pratiques artistiques, voire sur l’indice réputationnel des artistes et des organismes, ici et ailleurs. On évaluera, entre autres, l’effet du financement sur la programmation et sur la planification à long terme. Est-ce que le financement reçu du CAC aura permis de lever d’autres sources de financement? D’engager de nouveaux partenariats? Les centres voudront peut-être aussi songer à l’impact du financement par projet par rapport au financement de base pluriannuel sur les ressources humaines et les conditions d’emploi, tandis que l’ARCA, entre autres, évaluera l’impact des nouveaux critères de financement sur son fonctionnement. Les auteurs du rapport affirment que le cadre ne sera pas utilisé pour évaluer le travail des artistes ou organismes bénéficiaires de subventions ni pour influencer les décisions des comités d’évaluation par les pairs.

Lire le rapport ici

L’ARCA a 15 ans

Quinze and plus tard
par Edwin Janzenon the eve of ARCA’s fifteenth anniversary, we cracked open some boxes and took a little journey backward through time to the organization’s founding—notes, emails, and meeting minutes. A decade-and-a-half later, what we found looked both familiar and different from the ARCA of today.  >>
Consultez l’infolettre complète ou abonnez-vous à l’arca dans la poche : ICI

Pour être informé chaque semaine sur l’actualité et les expositions, abonnez-vous au Bulletin