The World is Flat de Mitch Mitchell, vernissage le vendredi 4 novembre à 17h à Vaste et Vague

Les œuvres présentées au Centre d’artistes Vaste et Vague offrent une vision poétique de la transformation territoriale urbaine. Mitch Mitchell l’interprète comme un environnement synthétique, une conception mentale et stratégique. Il en étudie l’impact sur le corps et la mémoire.

L’installation The World is Flat est formée d’éléments sculpturaux et d’impressions sur papier qui traitent le paysage comme autant de constructions éphémères et absurdes. De loin, le spectateur voit une masse semblable à un monticule de terre. Mais lorsqu’il s’approche, il perçoit les détails qui activent les bords et les plis des formes. L’artiste s’est inspiré du paysage de la ville de Halifax qui est largement affecté par le développement de l’environnement urbain. Pour Mitch Mitchell, la dynamite y est devenue la pelle du progrès. Même les terrains de jeux portent les témoignages des explosions. Une odeur de poudre et de caoutchouc brûlé se dégage à chaque détonation de TNT. Des matelas de protection faits de rebuts industriels recyclés sont utilisés pour protéger l’environnement immédiat des fragments de rochers qui voltigent. Ces objets de protection (blast mattes, en anglais) se détruisent petit à petit au rythme des explosions. L’artiste observe ce processus tous les jours de son atelier et tente de traduire la nature à la fois attractive et répulsive de cette activité qui crée constamment de nouveaux espaces tout en effaçant les anciens.

Mitch Mitchell est titulaire d’une maîtrise en arts plastiques à l’Université d’Alberta à Edmonton et d’un baccalauréat en arts plastiques à l’Illinois State University (Bloomington, Etats-Unis). Il enseigne au Nova Scotia College of art & design à Halifax.

L’exposition est ouverte au public du mardi au samedi de 13h à 16h et les jeudi et vendredi de 18h à 20h. Entrée

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel