The Empty City de Rebecca Ardono, vernissage le vendredi 7 octobre à 18h à Eastern Bloc

Horaires : mardi – samedi de 12h à 17h

Discussion avec l’artiste le dimanche 9 octobre à 17h

The Empty City est une installation interactive où le spectateur peut évoluer à travers ce qui ressemble à une ville miniature. Les édifices régissent aux mouvements dans la pièce, et émettent des sons, des ambiances d’environnements urbains. Leur luminosité et leur volume sonore augmentent à mesure que l’on s’en approche. La ville déserte d’Adorno permet au spectateur de faire l’expérience d’une marée de sons et de lumières, qui occupent l’espace par vagues. La trame sonore créée par l’artiste serait comme la somme de souvenirs des villes qui nous habitent.

Cette ville, miniature et symbolique, est une installation interactive dans laquelle les édifices émettent des sons préenregistrés, des souvenirs d’environnements urbains. L’œuvre engage le spectateur, qui, par son mouvement à travers l’espace, fait réagir les éléments de son environnement. Les petits édifices, qui sont la seule source de lumière de la pièce, sont munis de capteurs. Ces capteurs sont eux-mêmes reliés au logiciel Max/MSP, permettant de faire la synthèse sonore. Des enregistrements de villes comme New York ou Montréal sont ainsi entremêlés afin de former une composition sonore aléatoire en réaction aux mouvements dans l’espace. Les édifices diffusent ainsi des vagues sonores, couplées avec une intensité lumineuse elle aussi en variation constante.

Même si elle évoque une certaine banalité du quotidien et du mode de vie urbain, l’œuvre The Empty City est un réel espace qui pousse à la contemplation et à la réinterprétation. La ville, vide et déserte, se remplit progressivement de sons et de lumières au contact du spectateur. Les environnements urbains qu’Adorno a enregistrés sont retransmis au public en l’état de souvenirs, avec une sonorité fluctuante et vaporeuse qui relèverait de la rêverie. Chaque son peut déclencher la métaphore d’un voyage dans le temps. Rebecca Adorno a créé une interface qui permet au spectateur de faire l’expérience d’une ville quasiment fantomatique et lunaire, vécue comme des vagues de sons et de lumières. Au contraire d’être oppressante, la ville recréée dans cette installation se vit comme un espace de redécouverte de soi, comme la somme de sensations simples de l’ouïe et la vue.

Rebecca Adorno est née à Porto Rico, dans la ville de San Juan. Artiste et vidéaste, son travail explore la déconstruction de la linéarité du récit et la création de compositions aléatoires qui engagent le spectateur dans un discours conceptuel et musical. Les œuvres d’Adorno ont été exposées à Porto Rico, en Argentine, en République Dominicaine et à New York, et font également partie de la collection permanente du Musée des Beaux-Arts de Ponce. Elle est titulaire d’un Master of Fine Arts en arts numériques de la School of Visual Arts, où elle a également travaillé comme assistante pour le laboratoire informatique et audiovisuel. Elle vit et travaille à New York. The Empty City est la première fois qu’Aorno présente une œuvre au Canada.

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel