© Virginie Fillion-Fecteau

Points de contact de Virginie Fillion-Fecteau, exposition jusqu’au 5 décembre à AdMare

Le centre d’artistes AdMare invite le public à découvrir le travail de Virginie Filion- Fecteau, Points de contact, un livre sérigraphié réalisé dans le cadre d’une résidence de création à l’atelier Graff et exposé morcelé dans l’espace Colis suspect.

Avec ce travail, » l’artiste gravite dans le registre de l’intimité, au sein duquel l’objet transitionnel, vestige de notre enfance, devient tour à tour marque de notre présence physique et frontière nous préservant du monde extérieur. Couvertures, oreillers, vêtements et sous-vêtements deviennent garants de notre existence, de notre finitude, tout en confirmant la présence d’un univers totalement autonome, imprégné de l’autre.» Fania Elisabeth Pilon, opuscule de l’exposition Anti-Corps, présenté à la galerie Espace Projet, 2014.

Virginie Fillion-Fecteau accumule, photographie, mastique, réinterprète, met en lumière, recadre, recontextualise et met en scène le quotidien pour toucher, questionner, confronter le regardeur à son propre rapport au monde. Formellement, Virginie travaille la peinture, le dessin et l’estampe à partir de ses photographies et d’iconographies glanées (cartes postales, photographies personnelles, images mises en ligne sur internet) qu’elle met en scène pour cibler un propos, une impression ou une poésie.

Les thèmes qu’elles abordent sont liés à l’histoire comme moteur d’une construction identitaire et sociale. Chaque oeuvre est le reflet d’une introspection de l’artiste, personnelle, historique et sociale, mais chaque oeuvre vise aussi à comprendre qui nous sommes en tant que collectivité tributaire d’une grande histoire linéaire et officielle et de milliers d’histoires discriminées. Pour l’artiste, tout est artefact de notre construction identitaire : notre environnement, notre patrimoine construit, nos résidus, les marques de notre passage…

Biographie
Diplômée en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, Virginie Fillion-Fecteau travaille également en médiation culturelle. Sa pratique artistique reflète son intérêt pour ce rapport privilégié entre le regardeur et le créateur et le pouvoir d’évocation et d’engagement social des arts visuels. Virginie a séjourné en résidence au Centre d’artistes Zocalo et à l’Atelier Graff pour la création de deux livres d’artiste, Une odeur de camphre (2014) et Points de contact (2014). Son travail a été également exposé à la Galerie de l’UQAM et Espace projet à Montréal.

Pour découvrir son travail : http://www.virginiefillionfecteau.com

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel