Loading Events
© Luce Dumont, Solidago, saveur sel de mer. Graphite et aquarelle sur papier Stonehenge. 76 x 56 cm. 2021. Crédit photo: Charles Maisonneuve

Ravissement et indignation de Luce Dumont

Vernissage le mardi 18 juin à 17h à Caravansérail

Luce Dumont s’attarde à l’observation attentive de la nature et s’intéresse aux relations fragiles entre l’humain et l’environnement. En proposant des notions telles que la protection, l’émerveillement de la découverte, la tristesse devant la pollution, son travail est marqué par la dualité entre l’inquiétude et l’apaisement, entre le silence et la révolte, entre la vie et la mort. Son expérience des sciences influence fréquemment son approche et le dessin d’observation y occupe une place fondamentale, tant pour l’appropriation et la compréhension du sujet que pour l’esthétique qu’il génère.

Dans un esprit de recherche relevant à la fois du jeu et du défi, elle greffe souvent au dessin diverses interventions (aquarelle, estampe ou broderie), aspirant toujours à une mise en résonance de procédés qui interagissent et s’enrichissent entre eux. Le temps revêt une importance primordiale dans sa démarche et elle pose son engagement dans ce travail long et minutieux en contrepoids au rythme actuel d’une société toujours plus essoufflée.

Avec l’exposition Ravissement et indignation, Dumont met en place une ambiguïté. Pour signifier son indignation, l’artiste transpose symboliquement le geste trop fréquent de jeter un déchet dans la nature en introduisant dans chaque image le dessin d’un intrus discordant. La fascination pour le dessin élaboré avec minutie bascule alors vers un sentiment d’inconfort causé par la cooccurrence de réalités incompatibles et irréconciliables. Cela provoque un décalage dans la lecture, impliquant une collision entre l’harmonie apparente et le malaise sous-jacent. D’une part, elle attire l’attention par le soin apporté à tous les éléments de l’image; d’autre part, elle surprend par la découverte d’un intrus parfois bien dissimulé, qui nous ramène à une réalité plus troublante. Mi-figue, mi-raisin!