Loading Events

Prendre empreinte – Holding Knowledge 

Vernissage le dimanche 7 juillet à 14h à la Galerie d’art Stewart Hall

Artistes : Poline Harbali, Jeanette Johns, Celia Perrin Sidarous, Swapnaa Tamhane

Commissaire : Manel Benchabane

La Galerie d’art Stewart Hall est heureuse de présenter l’exposition Prendre empreinte – Holding Knowledge, commissariée par Manel Benchabane, qui réunit le travail de Poline Harbali, Jeanette Johns, Celia Perrin Sidarous et Swapnaa Tamhane. Par une exploration des processus de création qui sont basés sur une recherche de savoirs liée à leur héritage culturel ou familial, les quatre artistes revalorisent des techniques traditionnelles. À travers la photographie analogique, la broderie, le travail textile et l’art imprimé, elles revisitent des récits inconnus ou incomplets se basant sur des souvenirs, des quêtes de connaissances et des rêves.

Poline Harbali reprend des nappes syriennes qui appartenaient à sa famille pour y broder ses repas imaginaires ou passés, transformant une histoire migratoire douloureuse en moment de joie. Pour sa part, Jeanette Johns transfère sa logique de création propre aux arts d’impression à l’art textile dans une série d’œuvres réalisées à partir du métier à tisser de sa grand-mère et de ses cahiers d’échantillon. Réalisant elle aussi une série d’œuvres soulignant ses liens familiaux, Celia Perrin Sidarous travaille à partir de documents d’archives, d’objets et d’albums photo empruntés à sa famille. Pour finir, Swapnaa Tamhane se penche sur l’histoire et l’origine du coton en Inde, revisitant son récit en tant qu’outil anticolonial et apposant un regard sur son pouvoir transformateur. À travers leur regard et leurs manipulations matérielles, le récit qu’elles racontent est actualisé, réédifié.

Avec des projets qui lient art et savoir-faire, les quatre artistes recontextualisent des récits personnels et culturels qu’elles manipulent et préservent. Reliant un passé duquel elles prennent l’empreinte et qu’elles ancrent dans le présent, elles s’assurent de marquer les histoires qu’elles racontent, afin que ces dernières continuent d’exister.