Loading Events
Pablo Picasso, La Lecture, Boisgeloup, 2 janvier 1932. Huile sur toile, 130 x 97,5 cm. Musée national Picasso-Paris. Dation Pablo Picasso, 1979. MP137 © Succession Picasso / Socan (2021) Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso Paris) / Mathieu Rabeau // Kezna Dalz, Black Joy, Black Vulnerability, Black Support, Black Love, 2021. Acrylique sur toile. Collection de l’artiste (Groupe CNW/Musée national des beaux-arts du Québec)

Picasso. Figures – En complément, l’exposition Ouvrir le dialogue sur la diversité corporelle

Expositiondu 12 juin au 12 septembre au Musée national des beaux-arts du Québec

Depuis plusieurs décennies, mais plus fortement encore ces dernières années, des voix s’élèvent pour remettre en question une histoire de l’art élaborée autour des grandes figures masculines, parfois ouvertement misogynes, que les musées ont participé à raconter.

Picasso est assurément l’artiste le plus célèbre du XXe siècle; il est encensé pour son art. Cependant, ses biographes font aussi le récit de ses comportements répréhensibles à l’égard des femmes. Faudrait-il donc séparer la vie de l’artiste de son œuvre ? C’est une question éthique et philosophique à laquelle Picasso a lui-même fourni des éléments de réponse. À l’ère où s’exerce une forme de boycottage culturel, nous choisissons malgré tout de reconnaître, avec cette exposition, l’une des plus grandes contributions qui soient à l’histoire de l’art récente. Toutefois, il était important que la présentation de cette exposition soit ancrée dans notre réalité et qu’elle puisse nourrir des réflexions liées à des enjeux d’actualité.

Réunissant une sélection de chefs-d’œuvre de la collection du Musée national Picasso-Paris, Picasso. Figures est une proposition thématique qui offre un parcours à travers plus de soixante-quinze ans de production artistique, habitée par le corps humain. Véritable motif de prédilection de Picasso, ce thème est l’un des prismes les plus féconds pour aborder les multiples métamorphoses à l’œuvre dans la pratique de l’artiste. Façonné par Picasso, le corps déconstruit, reconstruit et constamment transformé se mue en figures plastiques sur la trajectoire de celui qui est considéré comme un génie hors normes.

Parallèlement, nous juxtaposons l’œuvre de Picasso à certaines préoccupations sociales actuelles. Son insoumission face aux dictats des canons esthétiques nous a inspiré une réflexion sur la diversité corporelle. Accompagnés de Mickaël Bergeron, journaliste et auteur, de Cassandra Cacheiro et de Sara Hini, fondatrices de The Womanhood Project, ainsi que d’Elizabeth Cordeau Rancourt, créatrice de contenu culturel, nous vous convions à une mise en relation entre l’œuvre de Picasso et celles de quelques artistes contemporains, principalement québécois, dont la production explore cette question.

À la sortie de l’exposition Picasso. Figures, vous pénétrerez dans l’exposition présentée conjointement, intitulée Ouvrir le dialogue sur la diversité corporelle, une exposition collective conçue comme une invitation à voir au-delà des idéaux physiques.

Tout au long de sa carrière, Picasso a fait preuve d’une grande ténacité dans son désir de déconstruire les canons esthétiques liés à la représentation de la figure humaine. Et si, en tant que société, on choisissait nous aussi de faire un pied de nez aux standards de beauté et d’embrasser la richesse de la diversité corporelle ?

L’exposition collective Ouvrir le dialogue est une invitation à voir au-delà des idéaux physiques.

L’expression « diversité corporelle », ou « body liberation », est issue d’un mouvement social qui favorise l’inclusion, l’acceptation, l’appréciation et le respect de tous les types de corps. Peu importe que ceux-ci soient gros, d’origines diverses, vivant avec un handicap ou une état qui a un effet sur l’apparence, qu’ils aient différentes expressions de genre ou qu’ils soient vieux.

Ce mouvement vise la mise en valeur des corps peu représentés dans les médias populaires – cinéma, publicité, réseaux sociaux, revues, etc. – en vue d’offrir des modèles différents auxquels s’identifier. Il permet ainsi de bâtir une meilleure estime personnelle et une plus grande confiance en soi. C’est également un important levier pour faire bouger les normes sociales, déconstruire les préjugés et favoriser les pratiques inclusives.

L’exposition réunit des œuvres de la collection du MNBAQ et celles d’artistes invité.e.s, qui s’intéressent à la représentation du corps et qui permettent d’ouvrir un dialogue sur la diversité corporelle. Ces œuvres défient les stéréotypes associés aux genres, parlent de grossophobie et se préoccupent de la représentation des corps non normés.

L’exposition, composée d’illustrations, de photographies, de sculptures, de peintures et d’oeuvres réalisées au crochet, présentera le travail de The Womanhood Project, Chason Yeboah, Kamissa Ma Koïta, Kezna Dalz, Fred Laforge, Alain Benoit, Marion Wagschal, Arianne Clément, Haley Morris-Cafiero et Les folies passagères.

Mise en garde : l’exposition contient de la nudité, traite de sujets sensibles et inclut des propos liés à la maladie mentale, aux troubles alimentaires et à l’automutilation.