Loading Events

Espaces de paysages de Sylvie Bouchard

Vernissage le jeudi 9 janvier à 18 h à la Galerie McClure

Là la Galerie McCluree lieu déserté n’est pas un simple lieu où il n’y aurait rien du tout. Pour donner l’évidence visuelle de l’absence, il faut le minimum d’une alliance symbolique ou de sa fiction […][1]

La Galerie McClure est heureuse de présenter l’exposition Espaces de paysages de l’artiste Sylvie Bouchard. Ses tableaux explorent le contexte de différentes fictions picturales qui au-delà des choses représentées (paysages, espaces architecturés, objets, personnages…) entraînent une sensation d’étrangeté. Cette part d’étrangeté vient surtout de la disposition des objets plutôt que des sujets en tant que tels. Ceux-ci semblent s’ancrer dans l’espace et offrir ainsi des chemins de traverse qui débouchent sur la part onirique de notre rapport au réel. Il s’agit d’un travail de peinture qui se déploie simultanément à travers différents registres (figuratif, matiériste, symbolique…) et offre ainsi au regardeur une expérience inédite. C’est par le biais de la mise en place d’écrans ou de structures peintes en perspective que va se prolonger l’implication de la place du spectateur et la question du point de vue dans l’œuvre. Ce procédé produit également une topographie particulière où « le sol » renvoie au lieu, qui tel à un nid laisse voir des traces, des objets ou des motifs accumulés et à travers lesquels naissent des situations disparates et incongrues.

Le tableau Vers l’au-dehors, 2019, apporte un certain éclairage sur les liens qu’elle entretient avec le mouvement italien connu sous le nom de « metaphysical painting ». Dans ce tableau, tout comme dans plusieurs autres s’entrecroisent diverses références à la nature pouvant à la fois être liées au Wilderness, à l’ère post industrielle, à l’histoire de la représentation de la nature, à la fable et à la théâtralité.

Dans l’ensemble de son travail, elle valorise les effets de contraste, entre les jeux d’échelles et de distance et entre le probable et les renversements improbables qui en somme, forment un terrain à configurations variables invitant le spectateur à en prolonger le sens.

La Montréalaise Sylvie Bouchard est née en 1959. Son travail a fait l’objet d’expositions individuelles, notamment au Musée régional de Rimouski, à la Southern Alberta Art Gallery de Lethbridge et au Musée d’art contemporain de Montréal. Elle a participé à de nombreuses expositions collectives : au Musée d’art contemporain de Montréal, au Musée national des beaux-arts du Québec, à la Art Gallery of Ontario (AGO), au Centre Saidye Bronfman, au Centre culturel canadien de Paris, à la Contemporary Art Gallery de Vancouver, au Musée des Augustins de Toulouse, en France et au Musée des Beaux-Arts de Mons en Belgique.


[1] Georges Didi-Huberman, L’homme qui marchait dans la couleur, Paris, Les éditions de Minuit, 2001, 93 pages; p.53