Loading Events
Paul Maheke, "Portrait of a Ghost XIV", 2022. Avec l’aimable autorisation de l’artiste de Sultana Paris et de Goodman Gallery

As The Days Move Into Nights de Paul Maheke

Vernissage le jeudi 8 septembre à 17h30 à Diagonale

Porté par une pensée décoloniale, l’artiste français d’origine congolaise Paul Maheke use d’une pluralité de médiums pour explorer le corps en tant que lieu de mémoire, d’archives et de construction identitaire. Présentés pour la première fois au Canada, ses familiers sont mis en dialogue dans l’espace de Diagonale, entre œuvres antérieures et nouvelles productions réalisées lors d’une résidence in situ. Dans As The Days Move Into Nights (1), Maheke investit corps, formes installatives et sonores ainsi que pensées alternatives pour y proposer des zones de résistance et de conversations autour du passage, de la transition et de la transmission. Référents à un évènement traumatique personnel, dessins et textes sont extraits du journal intime de l‘artiste puis déployés à même des surfaces de couleurs basées sur ses dimensions corporelles. Le visiteur est ainsi engagé au cœur d’un processus émancipatoire autoportraitique qui tend à dissoudre une expérience individuelle au profit d’une responsabilisation collective.

Avec la série intitulée Portrait of a Ghost (2), Paul Maheke convoque le fantôme en tant que figure cathartique lui permettant de signifier la transition d’un état à un autre. Déclinée dans l’exposition en deux œuvres, elle prend les traits successifs d’un oiseau de nuit – symbole folklorique du messager –  et d’une monstruosité à la bouche cernée de couleur.

L’œuvre parcellaire Reflections and Unresolved Shadows (3) se compose d’une pièce sonore et d’un dessin représentant l’artiste allongé, la tête tournée. La première composante rappelle l’importance pour Maheke de donner voix et matière à l’« invisibilisé ». Sans être touchés, le son émis impacte les chairs et les os/eaux des visiteurs qui se voient devenir objets de résonance. Habitait de vibrations, cet état de corps fait écho à la cosmologie de l’ancien Congo. Les percussions y sont un moyen de se connecter collectivement aux ancêtres grâce aux vibrations qu’elles émettent, devenant dès lors outils de passation d’informations non verbales.

« The Equinox is just behind me. An emotional release that feels tidal. » (4).
Textes, astrologie et tissu dialoguent dans As Saturn and Jupiter Conjunct (5). Les pensées intimes de Paul Maheke mises en résonance avec les astres lui permettent de s’extraire de la rationalité de la pensée occidentale et ainsi signifier son engagement envers des discours alternatifs et minorisés. Mots apposés sur le médium perméable, cette œuvre nous invite à réfléchir le monde comme un tout au sein duquel humain et non humain sont connectés et où hiérarchie entre nature et culture n’est plus.

Les performances en duo puis en solo The Origin Of Death (6) viendront ponctuer l’exposition, invitant à faire perdurer la conversation sur