Évaluer sa présence en ligne

Chronique mensuelle d’Isabelle L’Heureux, agente de développement culturel numérique Repaire-RCAAQ.

En juin dernier, les équipes du RCAAQ et du Repaire ont participé à une série d’ateliers sur la découvrabilité numérique organisés par le Réseau ADN avec LaCogency. Le concept de découvrabilité, qui a été mis de l’avant par le Ministère de la culture et des communications du Québec dans les dernières années, englobe un ensemble d’objectifs et de pratiques précédant l’expression, notamment les activités de promotion, de marketing numérique et d’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO en anglais). L’objectif principal de ces ateliers était donc d’accompagner les organisations participantes dans la réalisation d’un diagnostic de découvrabilité numérique. Le RCAAQ s’est prêté au jeu afin de rester à l’affût des meilleures pratiques actuelles en la matière et je vous propose ici un bref aperçu de nos démarches. Les centres d’artistes, artistes et autres organismes culturels intéressés à étudier leur propre présence en ligne trouveront dans cette chronique quelques pistes à explorer.

Identifier les objectifs

Avant de se lancer dans un processus d’évaluation, LaCogency nous rappelle qu’il est essentiel d’identifier les objectifs qui sont poursuivis. Il peut s’agir de cibles en matière de nombre de visiteurs et visiteuses en ligne ou en salle ou encore de positionnement dans les résultats de recherche liés à une expression donnée (par exemple, “RCAAQ” ou “expositions à Montréal”). Ces objectifs serviront à prioriser les actions et à choisir les bons outils.

Réaliser un diagnostic

Plusieurs ressources d’aide au diagnostic sont disponibles en ligne. Nous en avons utilisé quelques-unes pour réaliser l’évaluation de la présence en ligne du RCAAQ et du Réseau Art Actuel et ainsi identifier des pistes d’actions à court, moyen et long terme.

Nous nous sommes notamment servi de l’outil gratuit d’évaluation de site web de la Banque du commerce du Canada (BDC), qui offre un portrait complet du site étudié, et de l’outil de test de résultats enrichis de Google, qui concerne plus spécifiquement la manière dont les contenus d’un site web peuvent être affichés dans les pages de résultats de ce moteur de recherche. Les rapports de ces deux sources, combinés aux données tirées de nos outils d’analyse (Google Analytics et statistiques du Tableau de bord professionnel de Facebook/Instagram), forment une riche mine d’information. Notons d’ailleurs que l’une des informations que nous a révélé cet exercice est le besoin potentiel d’acquérir davantage de compétences en matière d’analyse de données d’audience! Si plusieurs outils d’évaluation gratuits sont disponibles, il reste nécessaire de prioriser ses analyses et ses actions en fonction des objectifs, des compétences et des ressources dont l’équipe dispose.

Établir un plan

Nous avons ainsi étudié les portraits complémentaires réalisés avec ces quelques outils en petit comité afin d’en dégager les besoins et les opportunités pour le RCAAQ, de même que les ressources nécessaires pour accomplir les actions jugées prioritaires. Nous  avons enfin intégré les pistes retenues à nos plans d’action et au plan de communication de l’organisme. Ces pistes comprennent autant des petites actions simples à mettre en œuvre (réorganisation de certains contenus du site web, utilisation d’une extension dédiée pour le SEO) et des formations à suivre pour mettre à jour nos connaissances (WordPress, réseaux sociaux, écriture inclusive), que des réflexions plus grandes, à poursuivre dans le cadre des processus de gouvernance du RCAAQ.

Répéter

Au-delà de la pertinence de l’exercice d’évaluation de notre présence en ligne dans un contexte où les technologies du web se renouvellent constamment, nous intégrons également ces réflexions dans un contexte culturel plus large. Comment nous présentons-nous en tant que regroupement de centres d’artistes au Québec en 2021, comment tissons-nous des liens avec nos membres et nos partenaires, quelles sont les ressources disponibles au sein de notre organisme? C’est aussi dans cette perspective que nous souhaitons adopter une pratique régulière de l’évaluation, afin d’apporter de petits ajustements continus entre les grands cycles de refonte web. Il s’agit au final de tendre vers une utilisation stratégique des technologies actuelles tout en reflétant les pratiques et les valeurs de notre milieu.

Isabelle L’Heureux

Subscribe to Réseau art Actuel Newsletter