Drive End de Mathieu Beauregard, vernissage le vendredi 5 novembre à 17h au GRAVE

L’artiste s’interroge sur les imbrications possibles entre la photographie et le cinéma. La série d’images, Drive End (2007- 2010) transpose l’esprit de la conquête de l’Ouest dans le territoire de la Vallée de l’Or en Abitibi-Témiscaminque, une région façonnée par l’industrie minière, dont le développement concorde avec l’expansion de l’industrie automobile. L’artiste se réapproprie la culture western et cinématographique marquée par les thèmes de la route, des grands espaces, de la liberté individuelle et des rêves qui l’accompagnent, pour offrir une représentation de la ruralité nord-américaine ancrée dans l’esthétique de la ruine. L’ensemble de l’oeuvre présente des ciné-parcs laissés à l’abandon, un personnage sans nom et mystérieux – s’agit-il d’un acteur, du gardien du lieu, voire même d’un revenant? – et des spectateurs absents, ce que suggèrent des voitures vides qui forment de vastes cimetières devant des écrans, qui eux ne sont pas sans évoquer des sortes de monuments de l’ère hollywoodienne des années 1930-1960. L’ensemble produit une vision cauchemardesque, fantasmagorique, voire apocalyptique du territoire américain et de sa production culturelle. Bienvenue au vernissage, le vendredi 5 novembre 2010 à 17h. L’artiste sera sur place pour présenter son travail au public. Ouvert du mercredi au dimanche de 13 h à 17 h. L’entrée est gratuite et ouverte à toute la population.

UNE SÉRIE DE PHOTOMONTAGES QUI RÉUNIT UN CIMETIÈRE DE VOITURES ET UN CINÉ-PARC LAISSÉ À L’ABANDON, DANS LA RÉGION DE L’ABITIBITÉMISCAMINGUE, DANS LESQUELS L’ON RETROUVE UN PERSONNAGE AUX ALLURES DE COW-BOY HOLLYWOODIEN.

Né en 1978 à Ville-Marie, Martin Beauregard vit et travaille à Montréal. Il est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux en France (2004) et il est actuellement candidat au doctorat à l’UQAM et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne à Paris. Son travail a été présenté dans une dizaine d’expositions individuelles au Canada et à l’étranger dont Location One (New York, 2006), L’OEil de Poisson (Québec, 2006) et récemment au Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, 2010).

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel