© Ben Philippi

D’un caractère respectable de Lara Kramer, représentation du 3 au 6 novembre au MAI

Nouvelle figure de la danse contemporaine sur la scène montréalaise, Lara Kramer, révélera sa nouvelle création au MAI. Fruit de diverses résidences réalisées au MAI, à l’Usine C et à Circuit-Est, d’un caractère respectable traite de l’espace domestique en relation avec les thèmes de l’obsession, l’instabilité et la violence. Chorégraphe et interprète indépendante, Lara Kramer explore la force et la résilience de l’esprit humain. Empreintes de poésie, ses oeuvres laissent une place de choix aux émotions silencieuses et aux non-dits. Avec cette deuxième création, l’interprète poursuit ses recherches sur le caractère intime des lieux, mais s’inspire cette fois-ci, de son expérience personnelle.

« En adoptant une approche autobiographique, je voulais aborder la stérilité du foyer conventionnel et de son impact sur les relations interpersonnelles. Cette pièce traite des conditions de l’amour, de la complexité de l’abus et de son aliénation au sein même du foyer, ce qui est en soi ironique pour une pièce intitulée d’un caractère respectable. » Lara Kramer

 

d’un caractère respectable
La pièce d’un caractère respectable jette un regard incisif sur le cycle pernicieux de l’abus. Pour cette nouvelle création, Lara Kramer partage la scène avec Lael Stellick, danseur et comédien. Les deux interprètes explorent les tensions qui s’installent dans le confinement du foyer conventionnel. En solos ou en duos s’expriment sensualité, vulnérabilité et emportement explosif. Un corps à corps déchirant où se bouscule les individualités et le besoin d’expression.

Lara Kramer : une chorégraphe en pleine ascension
Depuis 2006 Lara Kramer se produit sur scène. En 2010, elle créé Fragments, une création choc sur les pensionnats pour Autochtones au Canada où sa mère Ojibwé-Crie a grandi. Acclamée par la critique et le public, cette chorégraphie est reprise notamment au prestigieux Festival Danse Canada. En plus de participer à divers projets de recherche chorégraphique, à Vienne et à New York, Kramer collabore avec la chorégraphe bruxelloise Maria Mora Alcolea au projet Le Lac (2010) présenté à Outokumpo, en Finlande. Diplômée en danse contemporaine à l’Université Concordia Lara Kramer reçoit, en 2008, la bourse d’excellence The James Saya Memorial Bursary.

« Lara Kramer (…) l’une des plus brillantes interprètes montréalaises ».
Brian Webb, directeur artistique, Festival Danse Canada, 2011

Avec ce projet Lara Kramer s’associe avec le brillant Lael Stellick, une première collaboration pour ces deux artistes. Au théâtre, Stellick a joué pour Gravy Bath et pour Persephane Productions. Chorégraphe et interprète, il danse, depuis 2005, pour la ligue d’impro Les Imprudanses et travaille pour diverses compagnies telles que Lucie Grégoire Danse et PPS Danse. En plus d’endosser les rôles de chorégraphe et d’interprète, Lara Kramer contribue, en collaboration avec Scott Russell, aux arrangements musicaux de ses chorégraphies.

REPRÉSENTATIONS :
Jeudi 3 novembre: 20 h
Vendredi 4 novembre : 20 h
Samedi 5 novembre : 20 h
Dimanche 6 novembre : 15 h

Abonnez-vous au bulletin du Réseau art Actuel