Coaching de gestion

La demande qui revient le plus souvent au service de formation du RCAAQ est sans contredit le coaching de gestion. Tel que décrit dans le code de déontologie du RCAAQ, les centres d’artistes sont des organismes à but non-lucratif qui regroupent des artistes professionnels en nombre majoritaire et dont le mode de fonctionnement repose sur l’autogestion. La définition même des centres d’artistes implique la gestion par les artistes. Ceci étant dit, les artistes ont habituellement une formation académique en arts visuels et non en gestion d’organismes culturels. Le coaching de gestion permet au RCAAQ d’offrir à ses membres un support flexible, adapté à la réalité des centres et ce de façon rapide (aide ponctuelle quelques jours après l’acceptation de leur projet) et sans discrimination (sur la base du premier arrivé, premier servi).

Des projets réalisés, nous retenons l’aide pour effectuer un redressement administratif et une restructuration de poste, un coaching au niveau de la planification et de l’organisation du travail et la mise en place d’une politique d’emploi et d’une politique salariale. Le coaching de gestion nous permet de répondre aux demandes ponctuelles des centres et de leur offrir un service personnalisé. Dans chacun des centres, plusieurs individus profitent de l’expertise et du coup, puisqu’il s’agit d’une situation concrète, se questionnent, apprennent et font face à leurs difficultés dans un cours laps de temps. Aussi, cet échange entre les centres et le service de développement professionnel continu du RCAAQ est très instructif quant aux besoins des centres, il nous permet de jauger et d’observer notre milieu. Bien qu’il s’agisse souvent d’un apprentissage individuel, un à un, l’activité de coaching bénéficie à tous les membres d’une organisation par son action structurante et par la mise en application d’outils adaptés à la gestion des centres.

Chacun des experts est choisi par le centre demandeur et doit être présenté à la coordonnatrice pour approbation. Avec le curriculum vitae et la liste des clients, le RCAAQ juge de la pertinence du spécialiste en rapport avec le projet proposé. Il est évidemment interdit de proposer comme consultant, un employé ou un administrateur de son centre, il s’agit de bénéficier d’une expertise et d’ainsi élargir son spectre de connaissance. La présente subvention ne nous permet pas d’embaucher des consultants qui ont des tarifs de plus de 800$ la journée, mais plutôt des facilitateurs et accompagnateurs du milieu des arts visuels et médiatiques et du milieu communautaire qui agissent comme experts et qui sont à la fois très sensibles aux enjeux rencontrés dans notre secteur.

Pour être informé chaque semaine sur l’actualité et les expositions, abonnez-vous au Bulletin